CONCOURS n° 16


DONNE N°1
Match par 4, donneur Ouest, vulnérabilité: Tous

     
           
Sud
Ouest
Nord
Est

Passe
Passe
Passe

1 Passe
1SA
?




COTATION:

2     (16)     :     100

2     (05)     :     30

3     (01)     :     10



En toute honnêteté, je m’attendais, en soumettant cette question aux experts,

à une nette victoire de l’enchère de 2 sur celle de 2.

Pour une fois, les experts sont du même avis que moi.

Techniquement, il me semble plus juste de décrire 9 cartes (5 et 4 )

que 6 (répétition des ), d’autant plus que si une manche doit être déclarée (4 ou 4), c’est sans doute par 2 que l’on y parviendra le plus aisément.


Jean-Pierre : « 2. Sans état d’âme.

Et je préfère pour la pérennité de la paire jouer 2  en 4 et 3 plutôt que 3 en 6/0. Question de style. »


Yves J : « 2. Depuis tout petit, j’ai bien noté la différence de qualité de couleur,

mais je ne me résous pas à cacher une majeure 4ème.

Bien sûr, l’inconvénient est de jouer 2 en 4-3 au lieu de 2 en 6-1 si Nord est 1345,

par contre, s’il possède RDxxx Axxx xxxx, par exemple,

il va me porter en triomphe ! »


Daniel : « 2je serai mieux placé si mon partenaire reparle.

En cas de partielle il est vrai que l’on sera mieux à 2. »


Jérémie : « 2. La manche est possible, il faut donc produire l'enchère qui maximise

les chances de la trouver si elle existe. Et je crois que la meilleure façon d'obtenir

un encouragement du partenaire est qu'il soit fitté .

Je vois 2 mauvais cas : le partenaire peut passer avec 3 cartes à et 1 carte à (mauvaise partielle) ; et on peut rater la manche s'il dit 2 sur 2,

alors que parfois il aurait fait une proposition à 3 sur 2. Mais je pense que ça arrivera moins fréquemment qu'une main positive avec 4 cartes à ou plus. »


Marc : « 2. On ne plaisante pas avec les majeures.

Le contrat de 4 est encore parfaitement possible et empailler la manche est bien plus grave que de chuter parfois 2 avec 2 qui gagnerait quand Nord est 3-1 en majeures. »


Pierrette : « 2. Faut-il nommer ces faméliques?

Je dirais que oui car le partenaire peut en avoir 5, la manche n'est pas loin... »


Jean-Noël : « 2. Enchère la plus souple, même si je prends le risque

que mon partenaire passe avec une carte à et trois cartes à

(si ce n'est le cas, il n'y a pas de manche de toutes façons). »


Olivier : « 2. Pas d'avis. Allez, 2 comme les copains. »


Bogdan : « 2. On peut peut-être jouer la manche. »


Jacky : « 2. Je ne cache jamais les . »


Eric M : « 2. Je préfère annoncer 9 cartes plutôt que 6.

En outre, la chance de trouver une rencontre à compense le risque de jouer 2

plutôt que 2 en cas de misfit. »


Eric J : « 2. Ces sont très jolis mais bon, je décris d'abord ma distribution. »


Michel : « 2. ??? Ya un truc qui a dû m’échapper ……… »


Bernard : « 2. Faible espoir de manche, alternative 2. »


Edouard : « 2. Donne la meilleure chance de trouver une manche.

2 est le meilleur contrat si on doit s'arrêter. Va pour 2, pas rassuré. »


Fred : « 2. »

En revanche, en cas de misfit, voire même en cas de fit 4-4 à ,

mais avec une main faible en Nord, la meilleure partielle sera indiscutablement 2,

et la seule façon de jouer ce contrat est peut être de le déclarer soi-même,

sans mentionner le bicolore.


Ceux qui auront préféré répéter leur belle couleur 6ème ont des arguments.


Thomas : « 2. Je déteste cacher 4 cartes à dans cette séquence,

mais il y a quand même des limites !

Certes, de temps en temps j’empaillerai une manche quand le partenaire passera sur 2 alors qu’il aurait dit 3 ou 4 sur 2, mais :

1)      bien plus souvent je jouerai dans la bonne partielle

(notamment si le partenaire est 1-3 !),

2)      je peux aussi appeler une manche gagnante après un départ 1 1SA 2 3

(je dis 4) que je n’aurais pas déclarée après 1 1SA 2 2 (je passe). »


Rémi : « 2. Si je devais changer mon enchère ce serait plutôt pour dire 3

(à mon avis un peu exagéré). Ah bon j’avais 4 cartes à  ? »


Aymeric : « 2. Je ne vois pas l’intérêt de décrire mes 4 cartes à .

En effet, j’ai une couleur jouable à et mes sont moches. »


Dominique M : « 2. A tort ou à raison.

N'ayant aucune envie de jouer 2 en 4-3 avec de tels .

Je sais que de temps en temps je raterai le fit : j'assume ! »


Gilles : « 2. Je cache ces mauvais et montre ma belle couleur 6ème. »




Et puis, comme il faut toujours un cas isolé…


Roger : « 3. J'ai environ 7 levées de jeu et n'ai pas du tout envie de jouer à l'atout . »



DONNE N°2
Match par 4, donneur Sud, vulnérabilité: Tous

           

Sud
Ouest
Nord
Est
Passe
1 X

?




COTATION:

3     (09)     :     100

2     (08)     :     90

4     (05)     :     60

Où est le problème me direz-vous ?Classiquement, en réponse au Contre d’appel,

un jump au palier de 3 montre 5 cartes et 8-10 points d’honneur.

On est donc absolument dans la norme avec cette main-là.

Et pourtant, l’enchère de 3 n’aura été proposée que 9 fois !

Il s’agit d’une affaire de jugement.


Roger : « 3. Mon partenaire sait aussi que l'on déclare facilement les manches vulnérables. Mes As sont situés devant l'ouvreur ce qui dévalue la main. »


Bogdan : « 3. Le livre. »


Gilles : « 3. 5 cartes, 8-10H. »


Olivier : « 3. De mon temps, c'était l'enchère! 2 puis les , ce n'est pas 5 cartes. »


Jean-Pierre : « 3. C’est certes en dessous de la main.

Si Nord montre un intérêt pour un chelem, je n’aurai aucune crainte à « me lâcher ».

Un cue-bid à 2 est un peu exagéré et un saut à 4 mange trop de paliers et promet davantage de et sans doute pas deux As extérieurs. »


Yves J : « 3. Je n’ai pas vu le piège.

8 points H, 5 atouts corrects et 2 As, enchère ‘livresque’. »


Jacky : « 3. L'enchère du livre avec 5 cartes à et 10 H. »


Eric J : « 3. Ce n'est pas l'enchère du livre ? »


Bernard : « 3. Quoi d'autre ? »

Quelles sont les raisons qui amènent le jury à rejeter cette enchère standard ?

Laissons la parole aux champions interrogés.


A l’évidence, on ne trouve que de bons arguments pour ne pas précipiter les évènements. Il est vrai qu’une fois que l’on a estimé devoir jouer la manche,

il est tout aussi bien d’utiliser le cue-bid avant de nommer celle-ci, voire de dire 3 sur une réponse de 2, qui devrait montrer ce genre de main.



Eric M : « 2. Maximum de mon Passe d’entrée.

J’annoncerai certainement les dans un deuxième temps.

4 est unilatéral et en particulier dangereux dans le cas où mon partenaire

est en 3ème zone avec une des 3 autres couleurs. »


Edouard : « 2. Suivis de 3. J'ai vraiment envie de jouer une manche.

3 direct serait moins beau. »


Michel : « 2. Je n’arrive pas à évaluer cette main à 10 points,

et donc à me contenter de 3.

2 As , 2 dix , une 5ème , un doubleton ,un éventuel support pour les

Et un cousin dans la marine !!! »


Thomas : « 2. J’impose clairement la manche avec ce jeu, et pour tout vous dire,

je pense sérieusement au chelem si le partenaire s’avère être bien fitté à et court à . »


Daniel : « 2. Si le Contre est fort sans , j’ai des As, sinon je joue 4. »


Rémi : « 2. J’ai passé, je trouve 3 insuffisant.

Et, j’estime que mes ne sont pas assez liés pour en dire 4. Je cue-bidde donc. »


Marc : « 2. Je pourrais répondre 3 (classique, 8-10 avec 5 cartes),

mais je vais profiter de mon Passe pour transiter par 2 (suivi de 3 sur 2),

car mes 10 points sont particulièrement somptueux.

En revanche, bondir à 4 me semble très exagéré, le fit pouvant n’être que 8ème. »


Aymeric : « 2. Je ne veux pas barrer le partenaire en mettant 4,

donc je vais mettre 2 suivi de 4.

Ma main est trop belle pour une enchère de 3, et c'est du match par quatre rouge. »

Difficile pour autant de critiquer les experts qui concluent directement à la manche.

En effet, la suite des enchères ne serait pas automatiquement simplifiée par 2.

En effet, le cue-bid après Passe est-il autoforcing ?

Le contreur doit-il alors donner le plein de sa main ? Et s’il a une main très forte ?

La séquence pourrait être source de pataquès…


Jérémie : « 4. La théorie enseigne d'annoncer 3 avec 5 cartes à et 8/10H,

mais j'ai 10H tellement beaux...

Le fait d'être en 4 et la vulnérabilité incitent à tenter sa chance. »


Dominique M : « 4. Une réponse possible (un peu poussée, mais pragmatique) c'est 4. Pour les puristes (je joue personnellement 3 barrage), on cue-bidde et sur 2,

on nomme 3 qui devrait correspondre à ce type de main. »


Jean-Noël : « 4. Trop beau pour 3, alors que j'ai passé d'entrée. »


Fred : « 4. »


Pierrette : « 4. »






DONNE N°3Match par 4, Sud donneur, vulnérabilité: Tous

     
           

Sud
Ouest
Nord
Est
1
Passe 4
X
?






COTATION:

Passe     (09)     :     100

Surcontre     (07)     :     80

4     (03)     :     30

5     (02)     :     20

5     (01)     :     10


A ce stade, plusieurs actions sont possibles.

La présence de 5 atouts chez le partenaire (une forte probabilité après son saut à 4) permet d’espérer réaliser entre 10 et 12 levées suivant sa distribution et l’emplacement de ses honneurs (s’il en possède).

En outre, les deux couleurs 4èmes de bonne qualité de Sud autorisent à penser que,

si le camp Est-Ouest se manifeste, celui-ci s’expose à une lourde pénalité.


Il faut donc inciter Nord à contrer 5 dès qu’il possède des valeurs défensives

(longueur ou force d’honneur) dans la couleur.

D’où le choix pour de nombreux experts de Surcontre,

indiquant des velléités de pénalité, tout en ne prenant aucun risque si on en restait là,

les risques de chute à ce palier étant nuls.




Dominique M : « Surcontre. Pour dire au partenaire que j’ai des levées de défense.

Et de quoi envisager 5 si l’adversaire trouve le moyen de débarquer à 5 qu’il n’est pas en mesure de contrer. »


Fred : « Surcontre. »


Pierrette : « Surcontre. Je préviens le partenaire que j’ai une belle main,

on verra ce qu’il dira sur l’enchère d’Ouest. »


Bogdan : « Surcontre. S’ils passent, on va les « massacrer. » »


Edouard : « Surcontre. Permet au partenaire de contrer 5 avec Dxxx.

S’il passe, je dirai 5. Si ça revient à 4♠, je contre. »


Eric M : « Surcontre. Ca peut être cher et en tout cas.

J’interdis aux adversaires de jouer gratuitement au palier de 4 ou de 5.

Si Ouest enchérit 5 et que mon partenaire passe, je me résoudrais à dire 5. »


Olivier : « Surcontre. Youpi !!! »


Une certitude cependant, le Surcontre ne sera pas la dernière déclaration à la table.

Par contre, il se pourrait qu’Ouest, avec une main faible et plate se décide à passer.

Le partenaire en ferait autant, pour un score plus que positif…


Jean-Pierre : « Passe. Pas d’initiative prématurée.

Nous avons les deux couleurs les plus chères, et parfois on joue 4X.

Une option optimiste, 5, pour entendre 5 et « planter » 6.

Mais il ne faut pas trop rêver. »


Aymeric : « Passe. J’attends de voir la suite des événements si Ouest est régulier,

il risque de passer pour 790 et mon partenaire peut avoir des . »


Eric J : « Passe. Les adversaires ne doivent pas gagner grand chose mais bon,

attendons la suite… »


Thomas : « Passe. Nul besoin d’expliquer à tout le monde que je vais dire 5 sur 5

en pensant les faire.

Je passe, d’autant plus que la séquence a une chance non nulle de s’arrêter à 4♥X. »


Daniel : «Passe. Wait and see... »


Gilles : « Passe !!! ??? »


Rémi : « Passe. On a envie d’empêcher le partenaire de surenchérir,

mais rien ne prouve qu’il va le faire.

Je ne suis d’ailleurs pas si sûr que 4 ou 5 vont chuter. »


Jérémie : « Passe. On peut gagner 6, mais il faut vraiment les bonnes cartes.

J’oublie donc ce cas.

Je ne vois pas quoi faire d’autre que passer et aviser (Contre sur 4 ou 5K, 5 sur 5) : dès qu’il a une main régulière sans 4 cartes à Ouest passera et on jouera souvent pour la surlevée. Je ne pense pas qu’il faille Surcontrer : d’une part ça pourrait permettre à Est de dégager à , d’autre part je n’ai pas peur que mon partenaire déclare 5 sur 4 (s’il a envie de le faire, il est censé contrer, pour couvrir le cas où je veuille punir). »


Michel : « Passe. Je contrerai 4 en espérant que mon partenaire trouvera alors l’entame , mon Passe suggérant  une connotation Lightner à ce Contre différé………

Si je surcontre maintenant, puis contre après, mon partenaire croira à un Contre basé sur une main forte et n’aura aucune raison d’inventer une entame.

Sans l’entame , 4 peut parfaitement être sur table.

S’ils jouent 5, je contre aussi, s’ils jouent 5, je passe, mon partenaire étant assez grand pour les contrer avec ses éventuels car j’ai quand même ouvert. »



Viennent aussi quelques propositions ayant pour but d’envisager un chelem ou d’inhiber une défense adverse.


Marc : « 4. De toute façon, je vais surenchérir sur 5, alors prenons les devants.

4 permet de déceler un éventuel double fit et, parfois même, de trouver un chelem. »


Yves J : « 4. Je n’exclus pas un chelem.

L’enchère de 4 rouge est quand même faite avec quelque chose.

Si Nord dit 5, on arrête là. »


Jacky : « 4. Pour que mon partenaire entame cette couleur sur une défense à des adversaires. »



Roger : « 5. A suivre. »


Bernard : « 5 qui devrait gagner. On contre au palier 6. »


Jean-Noël : « 5. Je n’envisage pas le chelem, et inhibe a priori une surenchère adverse que je contrerai voluptueusement si elle avait lieu. »


DONNE N°4
Match par 4, donneur Nord, vulnérabilité: Personne

     
           
Sud
Ouest
Nord
Est


1
1
Passe 2 X
3
Passe Passe X Passe
?




COTATION:

4SA     (06)     :     100

4     (06)     :     100

3SA     (03)     :     50

5     (03)     :     50

Passe     (03)     :     50

5     (01)     :     20



Quelle réaction adopter face au bégaiement du partenaire ?

Quelle est la valeur de votre main, sachant que Nord est nanti d’au moins 19-20 points avec une distribution tricolore (4144, 4045, 4135…) ?


Les points positifs tout d’abord : un fit 8ème assuré en mineure(s), un doubleton utile puisque le partenaire y détient une longueur (valeurs de coupe) et un Roi de 4ème qui devrait bien épauler l’une des couleurs secondaires (en dehors des ) du partenaire.

La main, sans être riche, n’est pas nulle et ses quelques attributs devraient permettre de découvrir un contrat gagnant au palier de 4 ou au-dessus.


Les points négatifs à présent : essentiellement un.

L’absence de fit 9ème, avec lequel tout devient possible et dont on connaît l’importance, rend fragile tout contrat de manche, notamment face à un 4144,

structure qui comporte toujours plus de perdantes qu’il n’y paraît de prime abord.


Certes, on pourrait détenir une main 4333 de zéro point, ce qui est loin d’être le cas, main également le même jeu comportant le Roi de 3ème et le Valet de 4ème,

avec lesquels la manche à 5 serait un excellent pari.

Vous comprenez donc que le jury soit indécis et partagé. Si l’enchère la plus pessimiste (4) l’emporte à la majorité relative, 16 experts ont opté soit pour un choix moins définitif (le partenaire passera 99 fois sur 100 sur 4, à moins de posséder un forcing de manche), soit plus optimiste.




Rémi : « 4. Je n’aime pas passer avec de tels , même si après l’entame atout on a quelques chances de faire chuter.

La vraie question est plutôt : a-t-on assez de jeu pour la manche ?

(Alors 4SA : des plus longs que les )

Sinon, on se contente de 4. Ce sera mon choix finalement, je joue petit bras sur celle-là, malgré le doubleton intéressant et mes deux honneurs qui doivent jouer,

mais le partenaire pourrait avoir : RV10x ADx AD109xx. »

Marc : « 4. Les 4144 s’ouvrant de 1, Nord a forcément cinq cartes à

(avec un 4234 de 18-19, il laisse tomber sur 3 et son singleton à est une certitude) mais je n’ai pas le courage de bondir à 5, même avec 2 honneurs utiles.

C’est ce que je ferai sans hésiter avec un 4ème atout.

Quant à passer, ça ne m’effleure pas l’esprit. »


Eric M : « 4. Jouons au palier minimum.

Mon Roi de et mon fit 3ème ne m’incitent pas à imposer la manche. »


Jacky : « 4. Ou 4. Je n’ai pas le courage de passer en match par quatre. »


Dominique M : « 4. Dire 5 est au-dessus de mes forces d’autant que les atouts pourraient bien être 4-1 en flanc.

Je dis donc 4. 3SA indiquerait-il quelque chose de ce genre ? »


Fred : « 4. »




Autant d’experts ont choisi une enchère qui, dans leur esprit, montre un soutien avec une longueur à . Il me semble néanmoins que cette enchère promette 5 et 3 .




Yves J : « 4SA. Il en veut, il en aura !

Bon sérieusement, le partenaire a une bombe sans doute tricolore,

je lui indique que je veux jouer 5 ou 5 c’est lui qui choisira.

J’espère que pas un membre du jury ne va passer, quelle horreur. »


Edouard : « 4SA. Pour jouer la bonne manche mineure, j’ai deux bonnes cartes. »


Daniel : « 4SA. J’accepte les mineures.

Je n’ose pas passer, peut être est-ce une grosse faute. »


Roger : « 4SA. Plus de que de . Mon partenaire semble être 4045. »

Thomas : « 4SA. La donne la plus difficile de la série.

Passer pourrait bien être la décision gagnante,

surtout si le partenaire possède une carte à .

Dire 4 est un peu l’assurance tous risques : on est favori pour marquer dans la colonne.  Mais je pense qu’il faut honorer la main.

Le Roi de et le Valet de sont deux bonnes cartes, le doubleton peut s’avérer utile, un double fit - est fort possible, tous ces éléments font pencher la balance pour l’enchère de 4SA. Imaginez la main idéale en face :Axxx - Axxx ARDxx.

5 sur table ( 3-2), on fait à peine 4 (on est raccourci),

et les adversaires se baladent à 3♥X. »


Aymeric : « 4SA. J’ai que des cartes utiles le doubleton , le Roi de et le Valet de

en face de la couleur à priori cinquième de mon partenaire.

S’il est 5440 c’est mieux de jouer 5. »



Avec une variante…

                 

Bernard : « 3SA. Pour choix entre 5 et 5 ! »


Bogdan et Gilles : « 3SA. Montre des mineures, au moins 3 Cartes à et 4 cartes à . »


Il est vrai que cette enchère ne saurait être naturelle.

Pourquoi ne pas passer si l’on a des points à ,

forcément perdus en face de la courte du partenaire


Certains décident de ne pas laisser au partenaire le choix de l’atout.



Jean-Noël : « 5. Mon partenaire ne peut pas y avoir moins que quatre cartes. »


Eric J : « 5. Il faut bien que je dise à un moment donné que j’ai un peu de jeu !

Le partenaire semble être 5-4-4-0 fort et mes nombreux points sont utiles.

Voyons voir s’il va ajouter le 6ème. »


Michel : « 5. Le mien doit avoir une main du genre ARxx - ADxx ADxxx,

main avec laquelle on gagne 6 sans accident, mais bon, faut pas charrier,

avec la plupart des mains moins idéales, on doit quand même gagner 5. » 


Jérémie : « 5. Le deuxième Contre exprime une main très forte courte à .

Au minimum 18H somptueux 5431 (genre ARxx x Axx Arxxx).

Mes honneurs mineurs et le doubleton me font donc nommer la manche.

Peut-être faut-il suggérer le contrat de 5 en 4/4 par l’enchère de 4SA,

mais il me semble que ça montrerait plutôt 5 cartes à pour retrouver le fit 5/4.

Peut-être aussi l’enchère de 4 pourrait-elle nous servir pour montrer

l’un ou l’autre de ces types de main.

Mais, n’en ayant pas discuté, je me contente d’une enchère simple. »

Enfin, il y a ceux qui estiment que jouer en flanc sera la meilleure chose pour eux.


Jean-Pierre : « Passe. Enchère par défaut car aucune autre ne me semble satisfaisante. Une entame atout devrait nous permettre de marquer dans la colonne,

à moins que Nord ne soit complètement déchaîné. »


Olivier : « Passe. 6 de sinon 2 de , c’est bien un problème d’entame ???

Ah oui, au fait, j’ai passé. »


Pierrete : « Passe… »






DONNE N°5
Match par 4, donneur Sud, vulnérabilité: N/S

           

Sud
Ouest
Nord
Est


3
X
?





COTATION:

6     (09)     :     100

4SA     (06)     :     70

5SA      (02)     :     20

3SA     (02)     :     20

7SA     (01)     :     10

3     (01)     :     10

Surcontre     (01)     :     10


En France, les ouvertures de barrage en mineure, vulnérable, c’est du sérieux !!

Il s’agit de faire confiance à la rigueur du partenaire.

Que penser du Contre d’Est ?

C’est cette enchère qui doit rendre optimiste : tous les honneurs devraient être placés.

Il faut clairement envisager de gagner le grand chelem.

Voici comment le gagner…


Olivier : « 7SA. 7 + 3 avec l’impasse + 2 As + le squeeze gauche / sur le contreur. »


Oublions les atouts 4-0 imprenables, et la chicane  du partenaire…



Cependant l’enchère est sans doute un peu définitive (vive les concours d’enchères !)

et il convient d’explorer un peu la main du partenaire.


Il faut faire une enchère de grand chelem : 5SA, pour demander au partenaire d’enchérir 7 avec deux des trois gros honneurs.



Jérémie : « 5SA. Le Contre d’Est m’informe que la Dame de est placée à 90%.

Je veux donc jouer le grand chelem sur cette impasse si mon partenaire a As-Roi de ,

ce qui est quasi sûr vu la vulnérabilité (et sinon, le petit devrait gagner).

Je le lui demande par l’enchère la plus directe qui soit, 5SA.

Au fait, je sais que l’impasse ne suffit pas, c’est seulement la douzième.

Mais il suffira d’affranchir le cinquième , ou de terminer par un squeeze sur Est

(on aura un Valet noir en menace quand il aura entamé un des deux mariages). D’ailleurs, pour éviter de chuter si Est a 5 cartes à et qu’il lui manque un honneur noir (RD109 D1098x - R108x), il est sans doute préférable de tirer l’autre As noir puis tous les atouts (sauf si les sont 4/0 avec AR9 en Nord : ça bloque),

sans faire l’impasse . »


Marc : « 5SA. Si Nord a bien As-Roi de , je veux jouer 7,

avec la Dame de placée à 95%.

Alors ne laissons pas Est-Ouest nous barrer en profitant lâchement de la vulnérabilité. S’il ne les a pas, il me restera encore de bons espoirs de gagner 6

Sans compter qu’Est-Ouest s’assureront peut-être à 6.

Et que ça ne sera quand même pas gratuit ! »


Ou alors serait-ce une demande de couleur pleine ?

Je crois que de toutes façons 4SA devrait être, malgré le Contre, Blackwood à l’atout .

Et l’on devrait pouvoir conclure facilement après la réponse du partenaire.



Thomas : « 4SA. L’ouverture de 3 rouge contre vert montre du jeu,

et il y a fort à parier que le partenaire possède ARVxxxx à

(ou, mais ça devient moins probable après le Contre, AV9xxxx et un Roi noir).

Je pose donc le Blackwood. Si, comme je le pressens, le partenaire répond deux clés,

je conclu à 7, pensant faire 4 levées de (après impasse et affranchissement, voire squeeze si Est possède 5 cartes à et Roi-Dame dans une couleur noire),

7 levées de et les deux As noirs. »


Roger : « 4SA. Blackwood. Je trouverai bien 12 levées,

si mon partenaire a As-Roi de 7èmes. »


Aymeric : « 4SA. 3 en 1er vert contre rouge est une main avec 2 gros honneurs 7èmes. La Dame de étant probablement bien placée, je mettrai 7 sur la réponse de 5. »


Jean-Noël : « 4SA. Blackwood à l’atout . »


Eric M : « 4SA. Si cette ouverture est constructive, je devrais trouver, au pire,

une main du genre xx xx Arxxxxx xx.

Le Contre d’Est ayant donc dévoilé l’emplacement de la Dame de ,

les chances de faire 13 levées sont très importantes.

Le seul problème serait une chicane chez mon partenaire.

Je pose donc le Blackwood pour vérifier que mon partenaire n’a pas de chicane.

Si tel est le cas, jouer 7 qui gagnera avec l’affranchissement des ou un squeeze . »


Eric J : « 4SA. Blackwood. Si le partenaire n’a qu’une clé (mais si c’est possible !)

on jouera 6. S’il en a deux, on verra.

Surcontrer serait contre-productif la plupart du temps. »



Quelques experts proposent des enchères que je trouve soit pessimistes, soit ambigues.


Gilles : « 3. Forcing. Je veux jouer 7 s’il a les cartes favorables. »



Jacky : « 3SA. Pour les jouer et les gagner si l’enchère de 3 est constructive. »


Fred : « 3SA. »



Michel : « Surcontre. En face de Jacky, 6.

Autrement Surcontre pour passer le temps et pour cuebidder ensuite,

espérant que mon partenaire, nanti de AR(V) 7èmes, comprendra le message.

Sinon on jouera 5. Spéculer sur l’As de (qui d’ailleurs ne suffit pas toujours)

et jouer 3SA ne me traverse pas l’esprit. »

 

Une majorité d’experts choisit d’annoncer le contrat pragmatique, gagnant à 99%, mais sans se laisser aucune chance d’annoncer le grand chelem.

Cette façon de faire est loin d’être ma favorite, mais vous connaissez ma façon de noter...

 

 

Jean-Pierre : « 6. Le contrat que je n’aurais peut être pas joué sans intervention.

Je suppose que l’ouverture de 3 vulnérable n’est pas le fait d’un psychopathe,

et les points d’Est sont aisés à deviner. »

 

Yves J : « 6. Pour moi en 1er ou 2nd, Nord a deux gros honneurs 7èmes.

Le grand chelem est lointain, 12 levées devraient pouvoir se faire… »

 

Daniel : « 6. Les 4/0 sont probables, mais il aura le neuf, c’est sûr ! »

 

Rémi : « 6. Une enchère assez pragmatique même si elle n’est pas très scientifique.

En effet, j’empaille 7 si mon partenaire a As-Roi de et Dame de ,

et je joue un mauvais 6 si le partenaire a fait un spécial avec, par exemple,

7 cartes à  au Roi et quatre au 10.

Les autres options, 3 (est-ce forcing après Contre ?), 4SA (sera-ce bien compris comme le Blackwood que c’est) ou Surcontre (risque d’être débordés par des adversaires

non vulnérables) ne me satisfont pas. »

 

Dominique M : « 6. Le Contre est surprenant !!

Si Nord est sérieux (et il l’est puisqu’on joue avec lui !!), il détient As et Roi de

ou alors As-Valet mais avec un Roi pour compenser.

Avec la Dame de bien placée à priori il doit y avoir moyen de faire 12 levées.

Je dis 6. Seul danger : les 4-0 en flanc si le partenaire n’a pas As-Roi-Valet. »

 

Pierrette : « 6. L’ouverture de 3 rouge en 1er promet pour moi deux gros honneurs. »

 

Bogdan : « 6. En partie d’argent, comme en Paires, comme en Quatre.

Tant pis si le partenaire a AR 7èmes et la Dame de  ! »

 

Bernard : « 6. »

 

Edouard : « 6. Vulnérable,  mon partenaire a des beaux .

Je vois 11 levées et même 12 avec la Dame de placée.

Tenter 7 n’est pas idiot le contreur devrait être squeezé à trois couleurs,

mais je n’ai pas envie de chuter avec V9xx en flanc. »

 

Pour ce qui était de la donne, le Contre d’appel d’Est, avec RD8 DX653 8 R754, laisse rêveur, mais la punition est sévère.

Sur l’entame du Roi de  : As de , trois tours d’atout (petite frayeur si Ouest détient V983), Dame de (le Roi, l’As), Valet de et coupé.

Puis tous les atouts pour finir sur un squeeze entre la Dame de et les cinq cartes à (avec l’impasse), au cas, plus qu’improbable, où Ouest aurait la Dame de seconde au départ.

 

Trop parler nuit…







DONNE N°6

Match par 4, donneur Nord, vulnérabilité: Tous

     
           

Sud
Ouest
Nord
Est


1 Passe
2
2 2
Passe
?





COTATION:

3     (15)     :     100

3     (05)     :     30

3     (01)     :     10

4     (01)     :     10




 

Le premier tour d’enchères ne pose aucun problème.

Vous répondez 2 et le flanc intervient à 2, puis le partenaire répond 2.

 

Deux questions se posent.

 

L’intervention à 2 modifie-t-elle le sens à donner à l’enchère de 2 ?

 

Sans aucun doute, oui, ainsi qu’à toute autre enchère ! C’est la notion d’enchère libre.

Nord n’est plus tenu de reparler et ne le fera que s’il a de nouveaux renseignements utiles à transmettre.

Ici, son enchère de 2 affirme la présence d’un 6ème , sans un réel surcroît de force. Mais, on s’abstiendra de dire 2 avec, par exemple, V76542 RD 97 AD4,

c’est-à-dire sans honneur à et sans jeu.

 

Jen profite pour vous rappeler que dans cette situation,

le Contre de Nord serait punitif, c’est-à-dire l’expression d’une main bicolore

riche en levées d’atouts, par exemple A9764 RDX8 V AD8,

et non un Contre d’appel.

Le soutien à 3 reste-t-il forcing ?

(dans le cadre d’un système ou 1-2 / 2-3 est forcing, bien sûr)

C’est bien là tout le problème de la donne.

 

J’aurais pour ma part répondu « non » à cette question.

Cela n’est pas évident à première vue, mais l’intervention à 2 devrait modifier le sens de ce soutien. Quelle autre enchère pourrait-on faire, nanti d’une main propositionnelle de manche avec seulement 2 cartes à  ?

(C’est la connaissance des 6 cartes de l’ouvreur qui permet de faire cette proposition.)

Une main avec laquelle on s’apprêtait à dire 2SA (voire 3) en l’absence d’intervention, par exemple, V7 D93 AV9764 D8.

 

Sur ce point, une très large majorité des experts me donne tort.

 

 

Dominique M : « 3. 3 est forcing sans intervention, à fortiori après une enchère libre de l'ouvreur. C'est donc l'enchère que je fais pour explorer économiquement

les possibilités d'un chelem. Sauter à 5 pour demander le contrôle me parait très abusif (ce n'est pas le seul problème à régler), il faudrait la Dame de en plus pour l'envisager (et encore on risquerait de rater le grand chelem si l'ouvreur a l'As de et As et Dame de éventuellement 7èmes). »

 

Michel : « 3. Face à un partenaire qui reparle librement, la main est somptueuse. Voyons s’il contrôle les . »

 

Jean-Noël : « 3. Forcing, espoir de chelem.

Si mon partenaire (avec 6 cartes à et une jolie main, du fait de son enchère libre à 2) nomme 4, ou n'a pas nommé son contrôle à ,

je lui poserai la question en nommant 5. »


Bogdan et Gilles : « 3. Chelemisant. Quoi d'autre ? »

 

Eric M : « 3. Posons l’ambition de ne pas se contenter de la manche.

Je passerai si mon partenaire répond 4. »

 

Edouard : « 3. Forcing bien sûr.

Le partenaire peut avoir de quoi jouer un chelem : ADxxxx  Axx  Dx  xx. »

 

Jean-Pierre: « 3. Je suppose que pour tout le monde cette enchère est forcing manche. Une autre enchère envisageable : 5. Mais, elle est le fait de quelqu’un qui a tendance à conduire la moto depuis le siège arrière. C’est nettement exagéré. »

 

Yves J : « 3. Et si Nord passe, je le fais démissionner de la FFB.

Le fit toujours, quand on peut le donner ensuite les cue-bids. »

 

Olivier : « 3. Surbiddé, mais les cartes sont belles.

Avec 4, j'empaille le chelem avec ADVxxx Axx Dx xx en face. »

 

Jacky : « 3. Enchère qui, pour moi, reste forcing dans cette situation. »

 

Marc : « 3. Puisque l’ouvreur a promis 6 cartes à en répétant sa couleur librement, on pourrait considérer que l’enchère devient non-forcing (11 H et doubleton à ),

mais outre qu’on pourrait quand même souvent dire 4 avec ces mains,

je trouve bien plus pratique de conserver 3 forcing.

De plus, pour ma part, je joue 2 forcing de manche et n’ai donc pas d’états d’âme. »

 

Roger : « 3. Dans mon système, 2 est forcing de manche.

L'enchère de 5 demandant l'arrêt me semble prématurée... »

 

Aymeric : « 3. Enchère de chelem s’il est minimum ou s’il n’a pas l’arrêt ,

je m’arrête à la manche. »

 

Fred : « 3. »

 

 

 

Revenons à notre problème.

A l’unanimité, les experts ont décidé de ne pas conclure à la manche avec cette main somme toute régulière, ne comportant que 14 H et 3 atouts.

 

Il faut cependant y regarder de plus près…

 

On possède un fit 9ème (merci l’enchère libre),

élément souvent déterminant dans la réussite d’un chelem.

La couleur secondaire est de bonne qualité et commandée par As-Roi.

(comparez avec As-Dame…)

On possède le Roi d’atout et l’As de la 4ème couleur, deux cartes-clés.

 

Une conclusion à 4 serait donc une erreur de jugement,

et comme « avoir un espoir de chelem » ne veut pas dire « jouer un chelem »,

il est donc de bon ton de prospecter un peu, les experts ne s’y étant pas trompés.

 

 

 

 

Quelques experts ont le même avis que moi sur le caractère forcing de l’enchère de 3 (ou au minimum quelques doutes) et choisissent donc une autre voie.

 

 

 

Jérémie : « 3. J'ai un espoir de chelem à Pique, mais 3 ne serait pas forcing dans le standard après que Nord a montré 6 cartes à .

Dans un premier temps je nomme donc une force.

Ce qui a aussi l'avantage d'être économique par rapport à 3. »

 

 

 

Bernard : « 4 !!! Wait and see, en recherche d'un arrêt . »

 

 

Thomas : « 3. Si l’on ne joue pas le 2/1 forcing de manche,

il est loin d’être clair que 3 soient forcing dans cette séquence particulière,

où l’enchère libre du partenaire montre six cartes à .

En effet, c’est bien l’enchère qu’on aurait envie de faire avec Dx  xxx ARVxx xxx. Dans le doute, je préfère dire 3 cue-bid, suivi sans doute de 4 sur 3 ou 3SA en face, qui ne pourra alors qu’être bien interprété. »

 

Daniel : « 3. Suivi de 4. »

 

Rémi : « 3. Je ne suis pas convaincu que 3 soit forcing, alors 3 qui ne résout rien, mais évite l’empaillage de la manche. »

 

Pierrette : « 3. Peut-on cue-bidder avec deux petits dans la couleur ? Je dirais que oui. »

 

Eric J : « 3. 3 ne doit pas être forcing alors … Ne précipitons pas les choses. »