CONCOURS n° 17


DONNE N°1
Match par 4, donneur Sud, vulnérabilité: Personne

     
           
Sud
Ouest
Nord
Est
?




COTATION :


1SA (11) : 100

1 (08) : 80





La question a dû paraître surprenante à certains d’entre vous.

En effet, il est clair qu’en fonction des critères classiques d’ouverture,

seul 1 est adapté à cette main.

La zone de points autoriserait 1SA mais cette enchère est proscrite avec un singleton. Pourquoi, dès lors, poser un tel problème ?


La réponse est dans le choix du jury, qui se partage équitablement entre 1 et 1SA.

Qu’est-ce qui peut inciter un expert sur deux à déroger ainsi ?


Le premier argument est, qu’après une réponse de 1, Sud a un rebid difficile :

2 avec 16 H et RV 5èmes n’est pas satisfaisant, 2 est exagéré

et 2 ou 3 ne correspond pas du tout à la main.


Inversement, c’est bien la seule enchère « gênante ».

En effet, si Nord répond 1, Sud dispose de 3. Sur 1SA, de 2SA. Sur 2, de 2.


Quel est donc l’avantage d’ouvrir de 1SA ? C’est avant tout un souci d’efficacité.

Les systèmes après 1SA sont assez élaborés et permettent des descriptions complètes.

Il y a donc peu de risque de passer à côté de la meilleure manche ou du meilleur chelem. Par contre, en l’absence de développement,

Sud aura parfaitement camouflé sa main et compliqué ainsi la tâche du flanc.


On l’aura compris, le danger principal est de trouver en Nord une main positive, fortement fittée à mais ne justifiant pas de développement particulier.

Un risque qui n’a pas arrêté les partisans de 1SA.


Edouard : « 1SA. J'ai mis un 3 rouge dans les .

Lequel? Cela dépendra de la suite des enchères. »


Yves J : « 1SA. Pour éviter la redemande de 2 si Nord répond 1.

Je supporte le Stayman et le Texas après tout (ok moins celui à ). »


Bernard : « 1SA. Quoi d'autre ? »


Dominique M : « 1SA. c'est une ouverture devenue complètement classique. »


Jean-Noël : « 1SA. Qui évite le problème de la redemande sur 1,

après l'ouverture de 1, et qui permettra, si le partenaire a de quoi faire un Stayman même avec du , de trouver le meilleur contrat partiel ou de manche( à 4). »


Jean-Phi : « 1SA. C'est le type de main que j'ouvre toujours d'1SA.

Sinon, sur 1 - 1 ou 1 - 1SA, je n'ai pas de redemande satisfaisante.

La D sèche, je n'y pense même pas. A défaut d'être un solide arrêt,

c'est une excellente carte pour contrarier le développement d'une couleur en flanc.

Bien meilleure que l'As ou le Roi secs. Des points perdus pour pas grand chose.

Mon seul regret sera d'avoir des si anémiques.

En face d'un petit doubleton,

j'aurai bien du mal à exploiter ma longueur si je joue un contrat à SA.

Evidemment, si l'on inverse la configuration des majeures, j'ouvrirai sagement de 1, n'ayant plus aucun souci de redemande sur un début de séquence 1 - 1 maj.

Sur 1 - 1SA, je choisirais alors la redemande à 2.

Si le partenaire ne peut pas coopérer à 3, je suis loin du compte pour 3SA. »


Roger : « 1SA. Si j'ouvre d'1, sur la réponse probable d'1 du partenaire,

je n'ai aucune redemande correcte.

Par anticipation, je préfère mentir sur la distribution mais pas sur les points. »


Aymeric : « 1SA. La main type où j’ouvre de 1SA avec un singleton en mineur.

J’ai un honneur sec et un problème de rebid sur la réponse de 1. »


Eric M : « 1SA. La dame sèche en mineure fait partie des bons arguments pour préférer ouvrir cette main d’1SA plutôt que de1. »


Jacky : « 1SA. De prime abord, on ouvre bien entendu cette main de 1.

Mais j'aime beaucoup l'ouverture de 1SA. Aujourd'hui, les experts ouvrent de plus en plus souvent des mains de 1 ou 2SA avec un honneur sec (l'As, le Roi ou la Dame !). »


Daniel : « 1SA. Simplifie la suite. »




Bien sûr, il y a des inconvénients à ouvrir de 1SA et c’est pourquoi un expert sur deux a préféré 1.


Jérémie : « 1. Je n'ai pas peur d'empailler une manche à en ouvrant de 1,

sur la réponse de 1, car dans mon système le répondant annonce 2 avec une main faible comportant 5 et 4 .

Je ne vois donc pas de raison de ne pas ouvrir de1.

Parfois on aura un peu plus de mal à jouer un 3SA tendu (mais ça devrait être compensé par le nombre de fois où on s'arrête à la partielle pendant que 3SA chute).

En revanche, on sera mieux placé sur une réponse de 1, lorsque le répondant n'a pas de quoi faire un Stayman, ou lorsqu'il ne se voit pas d'espoir de chelem en face d'une ouverture de 1SA alors qu'il peut être sur table avec peu de points et des mains qui collent bien (ce qu'on peut détecter à l'enchère sans danger...). »


Marc : « 1. Même si j’ai mis beaucoup d’eau dans mon vin de messe ces derniers temps, je n’ai pas encore adopté la devise d’Helgemo : « tout ce qui ressemble, de près ou de loin, à une ouverture de 1SA EST une ouverture de 1SA ». Sur 1, je dirai 2. »


Jean-Pierre : « 1. Pour rester conforme à ma philosophie sans condamner l’ouverture 1SA qui pourra être gagnante en « paires ».

Evidemment, j’aurai sans doute des hésitations pour ma deuxième enchère sur la réponse de 1, mais j’assumerai une inversée chère minimum à 2. »


Pierrette : « 1. C’est l'occasion de faire des statistiques. Combien vont ouvrir d'1SA ?

Il semble que ce soit la tendance mais je vais rester à 1 et sur 1, je dirai 2... »


André : « 1. Bien que tenté par 1SA, ce que je ferais avec le Roi de

(et le Valet de en moins).

Il faudra donc assumer la suite de la séquence qui ne sera pas toujours simple. »


Bogdan : « 1. L'ouverture de 1SA est à exclure - Débile !!! »

 

Gilles : « 1. Je ne comprends pas la question... »


Michel : « 1. J’ai les moyens de dire 2 sur 1.

Le problème étant 1SA chez mon partenaire. Tant pis, on est verts, je dirai 2.

Lui aussi sait qu’on est en 4, il peut reparler.

Inventer 1SA ne me paraît envisageable qu’en paires. »






DONNE N°2
Match par 4, donneur Ouest, vulnérabilité: Tous

           

Sud
Ouest
Nord
Est

1 Passe
1
?




COTATION :

2SA (14) : 100

Passe (02) : 20

2 (01) : 10

2 (01) : 10

Contre (01) : 10



Avant d’examiner les réponses des experts,

voyons avant tout ce qui est considéré classique dans le standard français.


1) 1SA est résolument naturel (16-18).

Si on a passé d’entrée, l’enchère montre un bicolore des deux couleurs restantes,

avec 6 cartes dans la couleur la moins chère et 4 cartes dans la couleur la plus chère.


2) Contre garde sa signification habituelle (appel pour les deux autres,

avec priorité pour les ), avec une valeur d’ouverture. Toute forme de 5-5 est exclue.


3) Le cue-bid de la couleur d’ouverture (ici 2) décrit un bicolore 5-5 inverse.

A priori, il s’agit plutôt d’une enchère constructive,

en tout cas sur la qualité des couleurs annoncées.


4) 2SA montre un bicolore 6-5 ou 5-6, à forte teneur défensive.


5) Le cue-bid de la couleur du répondant (ici 2) est naturel (belle couleur 6ème).


Quelques remarques.


Les critères pour 2SA semblent plus reposer sur une notion de distribution que de force.

2 est moins engagé que 2SA.


Le danger n’est pas tant de perdre une lourde pénalité que d’indiquer la place des cartes à l’adversaire s’il joue le coup.

Argument qui pourrait faire pencher la balance en faveur d’un Passe.



Et pourtant, plus de 8 experts sur 10 ont choisi une description du bicolore,

attirés par le potentiel de la main (aussi bien en attaque qu’en défense)

si un fit est découvert.


La majorité a choisi l’enchère de 2SA.


André : « 2SA. Ayant du mal à ne pas intervenir avec une telle distribution,

allons-y pour un bicolore inverse défensif.

Bien sûr, je suis conscient que je prends le risque de faciliter le jeu de l’adversaire. »


Jacky : « 2SA. là encore, l'enchère classique et répertoriée de 2SA qui décrit un bicolore inverse 5-6 me semble parfaitement appropriée... »


Roger : « 2SA. 2 serait un 5/5 inverse constructif.

2SA est plutôt dans mon système 6/5 défensif. »


Gilles : « 2SA. C'est parti pour très loin... »


Michel : « 2SA. Contre dénie un 5/5, 1SA pour nous est un 6(7)/4, 2 est constructif, donc 2SA : de la distribution et pas ou peu de levées de défense. »


Yves J : « 2SA. Bicolore défensif, what else? Not understood the question.”


Dominique M : « 2SA. Je joue 2 = naturel, 2 = bicolore avec des levées de défense

et 2 SA = bicolore défensif. Cette main convient parfaitement pour 2 SA. »


Edouard : « 2SA. La vulnérabilité n'est pas engageante pour faire des bêtises mais je craque pour 2SA : un beau bicolore sans levées de défense.

Le partenaire muni de : V10xxx  xx  RDxxx  x va être ravi. »


Jérémie : « 2SA. Je préfère 2SA à 2 : ça montre le 6/5, ça ne fait pas croire au partenaire qu'on a du jeu, et ça barre un peu plus.

Bien sûr c'est plus dangereux car il me manque quelques honneurs dans mes couleurs... En tout cas il est hors de question de passer : il nous faudrait probablement reparler au niveau de 5... »


Pierrette : « 2SA bicolore excentré plus faible que 2.

(C’est ce que je joue avec Jean Marc) »


Aymeric : « 2SA. Une main plutôt distribuée avec un 6-5 un peu plus fort que 2. »

Bogdan :   « 2SA.

Avec Gilles si je suis timide je peux dire 1 SA.

Mais je me connais bien j’aurai dit 2SA a la table. »

 

Daniel : « 2SA. Je joue le cue-bid de l’ouvreur plus fort. »


Jean-Phi : « 2SA. Montre un bicolore inverse à caractère défensif. Très souvent 6-5. Avec un jeu constructif, on devra choisir l'enchère de 2 (5-5 positif).

En fait, je suis à la limite supérieure de l'enchère.

Les sont superbes (trop ?), et je préfèrerais ne détenir que Rxxxxx.

Mais le début de séquence augure des points perdus / chez le partenaire,

et puis je suis vulnérable. Donc 2SA me semble une bonne mesure. »



Bien sûr, il n’y a aucune obligation à utiliser une enchère de bicolore dès que l’on détient de la distribution. Ecoutons les « passeurs ».


Jean-Pierre : « Passe. J’ai bien noté que je n’avais pas passé d’entrée !!!

Dans le cas contraire, je serais sans doute entré dans les enchères.

Ici, se serait criminel, la probabilité étant que Nord soit « massé » précisément à et à . Les enchères vont peut être me revenir à un niveau raisonnable.

D’ici là, soyons attentif. »


Eric M : « Passe. J’attends de voir si nos adversaires sont fittés ou non.

Passer dans ces situations (où les adversaires ont parlé tous les deux) est souvent riche d’enseignements (sur les distributions adverses) pour se décider à se manifester ou pas,

y compris au palier de 5. »




Enfin, trois experts qui ne souhaitent pas enchérir le bicolore,

mais qui pour autant ne restent pas muets.


Jean-Noël : « 2. Un Michaël (excuse-moi) serait une hérésie avec cette disproportion dans le bicolore et de si médiocres face aux , en évitant en outre de prévenir l'adversaire que les sont très mal partagés. »


Bernard: « Contre. En recherche de fit 9ème car il faut beaucoup d'atouts pour espérer gagner une manche. »


Marc : « 2. Non vulnérable, j’aurais peut-être dit 2SA.

Vulnérable, 2 me semble plus prudent.

N’oublions pas qu’il est très facile pour le camp adverse de contrer punitif

les interventions bicolores. »
















DONNE N°3

Match par 4, Nord donneur, vulnérabilité: Tous
     
           

Sud
Ouest
Nord
Est


1 1
1
Passe 3
Passe
?




1ne promet pas 5 cartes

COTATION :


3SA (12) : 100

4 (03) : 30

3 (03) : 30

5 (01) : 10



Situation très délicate.

Sud sent confusément qu’il détient de très bonnes choses (fit 4ème, une chicane,

le contrôle des couleurs majeures) et de moins bonnes (le fit est de 4 petites cartes,

la chicane est dans la couleur d’ouverture du partenaire, les points à sont douteux).


Rien d’étonnant donc à retrouver 3 camps bien distincts.




Le premier, majoritaire, estime que les inconvénients l’emportent largement sur les avantages. L’inconvénient de cette enchère est qu’elle est quasiment définitive.

Cependant, si chelem il y a, le partenaire devrait reparler.


Marc : « 3SA. Difficile. On fait parfois le chelem, mais on chute parfois au palier de 5. Faisons cette fois appel à Jeff Meckstroth : « lorsque vous hésitez entre deux contrats, l’un d’eux étant 3SA, choisissez 3SA ».


Eric M : « 3SA. Je n’ai pas l’espace pour exprimer un fit 4ème à ,

une 5ème carte à et la tenue des .

Je privilégie ce qui me parait être le contrat le plus pragmatique. »


Yves J : « 3SA. Délicat. Soutenir à 4 ne me plait guère avec 4 petits.

Si je gagne un chelem, Nord va reparler…… »

Jérémie : « 3SA. J'aimerais pouvoir dire 3SA tout en indiquant mon fit , mais j'ai peur, en passant par 3, que mon partenaire, sans aucune pièce , dépasse 3SA en se disant que de toute manière on ne peut pas jouer 3SA. Je préfère donc annoncer le contrat de manche le plus probable, 3SA, mais je serai ravi si mon partenaire dit 4.

Cette donne soulève ne question intéressante : que promet l'enchère de 3,

sachant que l'ouvreur dispose du cue-bid à 2 ?

Je pense que c'est du coup forcément une vraie couleur

(jamais 3 cartes comme ça pourrait être le cas dans le silence adverse),

mais pas forcément 5ème.

C'est en tout cas ce que j'ai considéré pour formuler ma réponse. »


Roger : « 3SA. Mis à part l'As de ,

je n'ai pas vraiment les bons points pour mon partenaire. »


Pierrette : « 3SA trop de points perdus à . »


Jean-Phi : « 3SA.

Trop de points perdus en majeure pour espérer jouer un chelem honorable à .

Et je ne peux rêver d'un meilleur arrêt .

Toute autre enchère que 3SA risque de précipiter le camp au désastre.

Je ne suis même pas certain de gagner 5...

Je m'emballe rarement avec 0 H dans le bicolore du partenaire. »


Bogdan : « 3SA. Je suis fort gêné, mais je les dis tout de même. »

 

Gilles : « 3SA. Pas clair du tout - J'espère qu'il va dire 4, he-he. »


Jacky : « 3SA. Même si l'enchère de 1 ne promet pas cinq cartes,

je préfère dire 3SA avec cette main de 9H qui comporte un triple arrêt ... »


Daniel : « 3SA. RV dans la couleur adverse me décourage. »


Edouard : « 3SA : tous mes points sont en majeure et j'arrête bien les .
Un fit
? J'avais pas vu... »




Le deuxième (3) laisse la porte ouverte aux différents contrats de manche (de chelem ?) en prenant le risque que le partenaire dépasse 3SA, qui pourrait être le seul contrat gagnant. Si le partenaire ne nous apporte pas une bonne nouvelle, il va dépasser le palier de 3SA.

Dominique M : « 3. Convient à tous points de vue pour en savoir plus sur la main de l'ouvreur : a-t-il un résidu à ? Est-il 5-5 mineur ? »


Jean-Noël : « 3. Un chelem est envisageable à ou à .

Voyons la distribution exacte du partenaire. »


Michel : « 3. What else ?”


Enfin, le dernier camp n’hésite pas à dépasser de lui-même ce contrat, estimant cette fois que les avantages l’emportent.


Bernard : « 4. Enchères ouvertes vers le Chelem à ? »


Jean-Pierre : « 4. Malgré le côté étriqué du fit

je choisis de fixer tout de suite la couleur d’atout,

persuadé que cela facilitera la suite de la séquence. »


Aymeric : « 4. Fit chelemisant.”

Il y a enfin une réponse isolée, expliquée par une différence de système.


André: « 5. Ici, le problème est de déterminer si l’enchère de 3 reste forcing manche ou si elle décrit un beau bicolore 5-5 de 15-16H.

J’ai tendance à pratiquer la seconde signification, bien que je pense être minoritaire. »



Tu ne le sais pas encore, mais la cotation est purement proportionnelle aux nombres de réponses enregistrées. Ne sois pas surpris, donc, par la mauvaise note attribuée à ton enchère et merci de continuer à jouer le jeu.

En tous cas, bienvenu Dédé !!





DONNE N°4
Match par 4, donneur Est, vulnérabilité: N/S

     
           
Sud
Ouest
Nord
Est



4
Passe Passe X Passe
?





COTATION :

4SA (12) : 100

Passe (05) : 40

5SA (01) : 10

5 (01) : 10


Quasi-unanimité pour recommander une surenchère, et 4SA l’emporte largement.


Rappelons que cette enchère n’est jamais un Blackwood en enchères compétitives,

mais peut traduire soit un bicolore (généralement de mineures, mais pas exclusivement), soit une surenchère positive, soit encore être utilisé avec un effet « baronisant »,

pour découvrir le meilleur atout dans des situations où l’adversaire ne vous a pas laissé d’espace pour vous exprimer.


Dans certains cas, 4SA décrira même des valeurs ne pouvant s’exprimer autrement, parce que cela nous conduirait à dépasser la manche en mineure,

surtout si cette enchère est utilisée par la main connue faible ou limitée.


Dans la situation qui nous préoccupe, on est à la fois dans les cas 2 et 3.

4SA permet de découvrir l’atout et, mieux encore,

de décrire une main avec des ambitions de chelem à l’atout

(on ferait suivre alors les éventuelles enchères de 5 ou 5 en Nord par 5)


Premier point : on possède trop d’éléments favorables à la surenchère

(deux bonnes couleurs 4èmes et 2 As) pour se contenter d’une pénalité sans doute insuffisante pour compenser le gain de la manche voire du chelem.

La forme de la main (3 cartes à , 14 points d’honneur) suggère que le Contre de Nord repose plus sur de la distribution (tricolore) que sur un jeu fort et balancé,

en face duquel il faudrait à coup sûr s’incliner.

Ajoutons, pour conclure, que tant qu’un grand chelem est encore possible (le cas ici),

il est souhaitable de ne pas rompre la conversation avant le palier adéquat.


Deuxième point : on peut parfaitement imaginer des minimums qui font d’excellents chelems tels que Rxxx ADxx D10xxx, même si l’on pourrait craindre de mauvaises répartitions, sans pour autant que cela condamne le déclarant.




Laissons maintenant la parole aux experts interrogés.


La majorité a choisi l’enchère de 4SA,

dans le but principal de montrer ensuite un espoir de chelem.


Dominique M : « 4SA. On peut parier raisonnablement sur un singleton (voire une chicane) à . Dans ces conditions le chelem est très probable (on ne doit pas être loin du grand si le partenaire est chicane ). Je dis 4SA, suivi de 6 sur 5, et de 6sur .

Sur l'enchère probable de 5, je dirai 5SA qui montre,

à mon avis, les 2 autres au moins 4èmes. »


Jean-Noël : « 4SA. Suivi de 5 sur la mineure nommée par le partenaire.

Je suis trop beau pour nommer directement 5, mais pas assez pour imposer un chelem, le réveil sur un barrage à 4, s'il nécessite une belle distribution, ne garantit pas 20H. »

Edouard : « 4SA. Main plate certes mais la vulnérabilité incite à agir.
Le partenaire ne peut avoir moins de :
RVxx  ADxx  RDxx.
Je dis 4SA et fitte les
ou les au palier de 6. Sur 5 je dis 5. »


Jérémie : « 4SA. Très embêtant, en quatre comme en paire.

En passant je m'attends à marquer 300 ou 500 (rarement 100 ou 800).

Parler comporte le risque de chuter si le partenaire a réveillé avec une courte à et peu de jeu (et encore, on peut s'en tirer), mais me fait marquer plus si on gagne une manche (probable), voire un chelem (qu'on aura souvent du mal à appeler).

De plus parfois Ouest défendra à 5 ! Donc dans le doute je parle.

4SA est dans ce cas une sorte de Baron, je ferai suivre de Passe sur 5, 5 sur 5,

et 5SA sur 5 (en espérant montrer un espoir de grand chelem à sans contrôle du 1er tour). »


Marc : « 4SA.

J’ai trop de chances de faire un chelem pour me contenter de 300 ou même 500 à 4. 4SA est forcing, artificiel et demande à Nord de nommer une couleur, a priori mineure. Sur 5, je dirai 6.

Sur 5, je prendrai la chance que Nord ait 4 cartes à et je dirai 6. »


Daniel : « 4SA. Suivi de 5 sur 5, envie de chelem. »


Bogdan : « 4SA. Suivi par 5, ‘slam invitation’. »

 

Gilles : « 4SA. Enchère forcing la plus économique - Qui vivra verra. »


Roger : « 4SA. Faux choix. »


Aymeric : « 4SA. Suivi de 5 propositionnel. On peut tabler vite un chelem. »


André : « 4SA.

Il y a sûrement plus à gagner à jouer en attaque que de passer sur le Contre.

Je sortirai le carton 5sur le 5 mineur du partenaire, indiquant une envie de chelem. »


Michel : « 4SA. Que je ferai suivre de 5 sur 5 ou 5, et de 6 sur 5. »




4 experts choisissent d’assurer une marque dans leur colonne.


Jacky : « Passe. Après un Contre de réveil,

ou même après un Contre en n°2 si je suis en n°4.

Dans ce genre de situation (compétitives à haut palier) et malgré la vulnérabilité,

je ne reparle qu'avec des mains très distribuées.

Et ici, j'ai tout de même 3 levées de défense dans une main 3423 ! »


Jean-Phi : « Passe. Hormis une courte à ,

le réveil du partenaire n'a pas promis une montagne de jeu.

Ma main est plate, et je n'ai aucune certitude de gagner une manche au palier de 5.

Dans ce type de séquence,

les répartitions risquent d'être peu réjouissantes pour le déclarant.

Je préfère jouer la donne en flanc et marquer un bon 300 dans ma colonne. »


Pierrette : « Passe. Bien sur il peut y avoir un chelem.

Mais Nord, qui est court à , peut aussi réveiller avec une main pas très forte. »


Yves J : « Passe. Le plus sûr moyen de marquer dans ma colonne.

J’ai sans doute le potentiel pour marquer davantage que 300 ou 500,

mais comme je ne sais pas du tout à quel contrat,

take the money and run (Woody Allen). »


Bernard : « Passe. Rien à gagner au palier supérieur. »



Enfin, 2 experts décident d’imposer le chelem.

Partenaires à la table, on retrouve la même philosophie.

On pourrait cependant se demander quelle est la différence entre 5 et 5SA.


Eric M : « 5. Mon partenaire a de quoi réveiller Rouge contre Vert,

et j’ai une montagne en face.

5 demande au partenaire de choisir un chelem à la couleur en Baron.

Si j’entends 6 je dirai donc 6. »


Jean-Pierre : « 5SA. Choisis ton chelem, mais de toutes façons, je nommerai ensuite 6. Difficile d’être plus précis, les barrages à ce niveau ne sont pas faits pour aider les adversaires, et le réveil est peut être minimum et de circonstance. »







DONNE N°5
Match par 4, donneur Ouest, vulnérabilité: Tous

           

3♠ : texas trèfle, 3SA : négatif

Sud
Ouest
Nord
Est

2SA
Passe 3
Passe
3SA Passe
4SA
Passe 6 Passe 6SA
?



COTATION :


Contre (15) : 100

Passe (04) : 30





Allez-vous sortir en baillant votre 3ème carton vert ? Cela risque de coûter cher.


J’espère que vous appréciez le Roi de à sa juste valeur.

Alors contrez Lightner, pour demander l’entame dans la couleur du mort.


Bien entendu, signaler au déclarant que vous possédez le Roi de pourrait lui permettre une autre ligne de jeu, sans passer par l’impasse .


Bien entendu, le déclarant peut posséder l’As de et la levée espérée n’existera pas.

(Notons cependant son manque d’intérêt pour les par l’enchère de 3SA.)


Mais si une entame doit battre le contrat, c’est sûrement .

En effet, le déclarant est favori pour aligner 6 levées de (la Dame est 3ème, placée),

3 levées de , 2 levées de (après affranchissement) et l’As de .


Le risque est de voir le déclarant gagner son contrat (perte de 1680 – 1440 = 240) alors que l’on pourrait gagner 1440 + 200 = 1640).

Le jeu en vaut largement la chandelle si c’est la seule entame qui bat.






3 experts sur 4 décident d’indiquer l’entame au partenaire.


Jacky : « Contre. Après la séquence d'enchères, j'ai la vague impression que, sur cette donne, tu veux nous faire dire Contre pour une entame à de ton partenaire,

en espérant l'As de au mort ou, pourquoi pas, l'As sec chez le déclarant

(voir commentaires de la donne n°1...). »


Daniel : « Contre. Mais sans l’entame , 6+3+2+1=12 levées.

Tant pis si c’est le cas, il y a trop à gagner. »


Edouard : « Contre. On aimerait bien savoir si 6 montre 5 ou 6 cartes.
Si le partenaire n'entame pas
(pourquoi le ferait-il?),

ils peuvent m'aligner 6+3+2 et l’As de .
Si je contre et que l’As de
est chez le déclarant j'ai l'air malin...

Mais, le coût de l'erreur sera moindre, alors Contre. »


Michel : « Contre. Pour l’entame bien sûr. Si l’As de est au mort,

c’est presque à coup sûr l’entame qui fait chuter.

Autrement on a vite fait de décaisser 6, 3 et 3 après chute de l’As de . »


Jérémie : « Contre. Demande l'entame dans la couleur du mort, .

De toute façon, si l'As est chez le déclarant,

je ne vois pas comment il va chuter avec cette Dame de 3ème et soumise. »


Aymeric : « Contre. Je veux que mon partenaire entame .

Le Contre demande une entame anormale, donc . »


Yves J : « Contre. Seule l’entame a une chance de battre le contrat,

sinon je risque de décaisser 6 3 2 et l’As de (je suis médium).

C’est mon heure de gloire, alléluia !!! »


Bernard : « Contre. Devrait demander l'entame . »


Jean-Phi : « Contre. Je me fais moine si le contrat gagne sur entame . »


Jean-Pierre : « Contre. Entame , please !!!

Il y a au moins 9 chances sur 10 pour que ça chute sur entame .

Le mauvais cas est de voir l’As de chez l’ouvreur qui a un champ de .

Mais c’est peu probable, et c’est un risque très mesuré.

Et c’est peut être la seule entame qui fera chuter. »


Roger : « Contre. Le Contre demande l'entame .

Il semble que seule cette entame puisse battre le contrat. L'aurais-je fait à la table??? »


Pierrette : « Contre. Pour dire au partenaire de ranger son entame et de choisir . »


André : « Contre.

Il semble urgent que mon partenaire entame , ce que mon Contre devrait susciter. »


Gilles : « Contre. Il aurait fallu poser la question en Paires et non en Quatre. »

Eric M : « Contre. Sans hésitation. Demande au partenaire l’entame à . »

Espérer que le mort ait l’As et ainsi pouvoir affranchir le Roi après avoir fait l’As de et peut être ainsi résister à un squeeze - ou encore au fait que le déclarant arrive à faire 12 levées (1 + 6 + 3 + 2) après avoir fait 2 levées à .

Il y a beaucoup plus à gagner qu’à perdre en contrant et plus à perdre qu’à gagner en étant passif. »




Les autres sont plus sages…


Dominique M : « Passe. Que me veut-on ? Que je contre ?

(Le Contre demande l'entame , je pense).

Je passe sans l'ombre d'une hésitation (à tort sans doute puisque la question est posée). »


Jean-Noël : « Passe. Contrer pour moins 1 un adversaire non vulnérable si on a rien de
particulier à lui susurrer comme entame me parait une élucubration...

(le partenaire a 0 point, ma Dame de 3éme est très inquiétante,

et le contrat a une chance de réussir). »


Marc : « Passe. Qui me dit que l’As de est au mort ?

De plus, dans ce cas, il est peu probable qu’Ouest s’en sorte…

Sauf si je le préviens en contrant qu’il ne doit pas jouer sur les mais sur les  !

Il n’y a pas pire catastrophe au bridge que de permettre à l’adversaire de gagner un contrat qui chute naturellement parce qu’on lui a permis de trouver une ligne de jeu alternative en contrant. »


Bogdan : « Passe.

Je passe comme un lâche. Est-ce que je dois vraiment faire quelque chose ?

Je pourrai évidement contrer pour demander l’entame , mais :

  1. Est-ce ça va faire chuter ?

  2. Est-ce mon partenaire comprendra ? »





Les jeux adverses, qui récompensent votre vigilance, sur cette donne :

Ouest : RD4 AD ARVX62 32 Est: 98 R92 53 ADV864


DONNE N°6
Match par 4, donneur Nord, vulnérabilité: Tous

     
           

Sud
Ouest
Nord
Est


3 Passe
?




COTATION :


4 (16) : 100

4 (02) : 20

5 (01) : 10







Reconnaissons qu’il est frustrant de ne pouvoir développer ce superbe bicolore.


La décision finale appartient désormais à Sud,

qui doit choisir entre trois manches possibles : 3SA, 4 et 4,

puisqu’on admettra que découvrir un contrat gagnant à relève de l’exploit.


3SA semble mort-né sur l’entame probable à et ne constitue pas un pari raisonnable.

Le choix se limite donc aux deux manches majeures,

et le jury est très clair dans son attitude en optant nettement pour 4,

non sans argument.



Jean-Pierre : « 4. Sans la moindre hésitation.

Tout autre contrat serait pure spéculation,

la main de Nord ne pouvant produire des levées que dans sa couleur. »


Marc : « 4. Certes, Nord n’a pas toujours RDV10 à

Mais s’il les a et qu’on a dix levées de tête…

Ca coûte plus cher d’empailler une manche vulnérable que de la chuter. »


Edouard : « 4. A défaut de meilleure idée.

En espérant ne pas trouver en face : D10xxxxx  RDxx  x. »


Yves J : « 4. La manche la plus près des cartes.

Tant pis si Nord a 3 cartes à et le Roi de (pas les probabilités). »


Bernard : « 4. 3 perdantes: As + 2 . »


Dominique M : « 4. Toute autre enchère que 4 constitue un saut dans l'inconnu

(rien ne garantit cependant que 4 gagne, mais c'est la manche la plus vraisemblable). »


Jean-Noël : « 4. Je ne vois pas d'alternative. »


Roger : « 4. Espérons que mon partenaire ne perde que 2 levées à et 1 à ... »


Pierrette : « 4. »


André : « 4. A vrai dire je ne vois pas quoi dire d’autre. »


Bogdan : « 4. Tant pis s’il y a des chelems qui gagnent. »

 

Jean-Phi : « 4. Comme je ne vais pas gagner 3SA,

la manche majeure me semble un bon pari.

J'espère ne perdre qu'une levée mineure et deux levées d'atout.

Le partenaire a ouvert de 3 vulnérable en première position en duplicate...

Ça devrait coller. »


Eric M : « 4. Le contrat que je pense gagner et l’espace manque pour en savoir beaucoup plus sur la main de mon partenaire sans nous mettre potentiellement à un pallier trop haut. En quelque sorte je paye le barrage de mon partenaire. »


Jacky : « 4. Je donne le fit dans ma chicane.

Avec cette main, on peut  réaliser 10 ou 12 levées à l'atout ,

mais on peut aussi parfois chuter la manche ! »


Michel: « 4. En face d’un 3 “moyen”, on peut certes chuter 4 avec 6 ou 6 sur table, mais je crains de ne pas contrôler la suite des événements si je dis autre chose. »


Daniel : « 4. L’Aaaaaventuure, c’est l’aventuure. »

Il apparaît clairement que, quelle que soit la main du partenaire,

le jeu de Nord ne pourra rendre quelque utilité qu’à l’atout .

On ne peut faire aucune prospection convaincante sans dépasser le palier de 4,

qui a de fortes chances d’être le dernier gagnant.



2 experts n’ont pas renoncé à l’alternative offerte par l’autre manche majeure, Nord devant avoir la bonne idée de rectifier 4 à 4 avec une couleur solide et un singleton .


Jérémie : « 4. Certes, on peut gagner 7 ou 7,

mais comment le savoir sans hypothéquer mes chances d'appeler la meilleure manche ? Que je pense être statistiquement 4 plutôt que 3SA ou 4

(si Nord a RDV10xxx à , il redira peut-être 4). »


Aymeric : « 4. C’est le cas où on barre son partenaire.

Je mettrai 4 mais sans conviction 3SA peut être un bon contrat aussi. »


Enfin, un expert résolument optimiste…


Gilles : « 5. En 4, je fais un effort. As-tu les pleins ? »