CONCOURS n° 18


DONNE N°1
Match par 4, donneur Sud, vulnérabilité: Tous


     
           
Sud
Ouest
Nord
Est
1
Passe 1
Passe
?




2 (04) : 100

4 (04) : 100

4 (03) : 80

3 (02) : 50

3 (02) : 50

2 (01) : 30


Dans les séquences 1mineur – 1Majeur,

plusieurs enchères sont codifiées lorsque l’on possède un fit dans la majeure répondue.


Voici ce qui est utilisée, de façon classique, et sans convention particulière,

avec le début de séquence proposée :


3 : 17-19 HLD, main irrégulière avec 5 cartes dans la mineure et un singleton annexe (exception : les mains 4441), puisqu’on n’a pas ouvert de 1SA.


3SA : main régulière, fit 4ème, 18-19 H (4333 ou 4432).


4 : main 2425, 18-19 H.

Certains experts y incluent les mains 5431 avec un As sec.


3 ou 4 : Splinter, 20-23 HLD.

Main aux ambitions limitées à la manche si le partenaire est minimum.


4 : Rencontre, 20-23 HLD.

Avec de beaux atouts et une couleur d’ouverture 6ème, très belle.


A noter que certains experts inversent les enchères de 3SA et 4.

Pour toutes les mains trop fortes pour être décrites d’une de ces façons,

il convient d’inventer un faux bicolore cher (ou à saut) dans une couleur de 3 cartes, pour ensuite donner le fit, en général avec un saut.

Il est cependant délicat de le faire dans une couleur de 3 petites cartes.


Ici, la main est extrêmement puissante et il faut d’abord décider si l’on va donner un fit classique ou si l’on va inventer un faux bicolore. L’inconvénient ici, c’est qu’il faudrait le faire dans 3 petites cartes et, de plus, à , couleur supérieure à l’atout envisagé.

(On pourrait craindre que le partenaire nous fasse jouer dans cette couleur.)




Les réponses des experts sont très partagées,

puisque l’on en trouve pas moins de 6 différentes.


Les voici, par ordre décroissant du nombre de voix.


Jean-Pierre : « 2. Adepte inconditionnel du Fragment-Bid,

il n’est pas applicable ici car il y a l’As de en plus,

d’où le transit par une faux bicolore cher peu classique.

J’aurais évidemment préféré avoir l’As de à la place de l’As de ,

mais si tout était parfait la vie aurait moins d’intérêt. »


Jérémie : « 2. Pas très heureux de faire un bicolore dans 3 petits,

mais quand je fitterai les au tour suivant,

j'aurais au moins montré un jeu fort et ma distribution.

Les alternatives sont pires il me semble :

le Splinter à 4 comporte 2 distorsions (trop de jeu et l'As sec),

et la super-forcing à 3 donne une mauvaise image de la distribution. »


Pierrette : « 2. Qui sera suivi de 4.

Fit plus beau que 4 direct ou qu'un Splinter (pas dans un As sec de toutes façons…). »


Guillaume : « 2. Suivi du fit pour montrer mon super forcing. »



Jean-Noël : « 4. Théoriquement 6 beaux et un beau fit , mais ARDxx constituent une belle couleur, et surtout un Splinter à 4 ne correspond pas à la main

(trop belle, avec l'As de singleton) pas plus qu'un super forcing à 2 avec ces 3 petits , et que l'enchère de 4 (main trop belle),

car il suffit quasiment du Roi de et de la Dame de pour gagner le chelem). »


Roger : « 4. Qui montre en principe 6 cartes.

C’est probablement l’enchère qui décrit le mieux ma main. »


Michel : « 4. Je préfère mentir sur le 6ème que faire un Splinter avec un As,

ou inventer une absconse inversée à 2. Voyons la suite… »


Marylène : « 4. Le moins mauvais mensonge. »


Aymeric : « 4. Splinter je préfère mentir avec un honneur sec,

que mentir sur mon nombre de en disant 4. »


Dominique C : « 4. Pas génial, mais je ne trouve rien d’autre. »


Fred : « 4. »



Yves J : « 3. Je n’aime pas faire de Splinter avec un As sec, pas assez de pour 4, dans mon système l’enchère est 3, en principe 5422, but nobody is perfect….. »


Marc : « 3. Question de système… Tous sont valables s’ils sont cohérents.

Dans le mien, c’est 3 qui montre la belle main courte à , 3 idem court à ,

3SA un beau 5422 (ou 5431 avec gros honneur sec),

4 et 4 les mains moches avec une courte à et dans l’ordre

et 4 la main régulière banale.

Avec un As sec, j’ai donc le choix entre 3 et 3SA.

J’aurais choisi 3 pour économiser de l’espace, la main étant vraiment belle. »



Eric M : « 3. Avec Jean-Pierre Carcy, nous jouons les Fragments bids.

J’ai 5 cartes clés parmi ARD atout, ARD de et l’As de ainsi qu’une courte à  : l’enchère correspondant à notre système est donc 3.

J’aurais fait la même enchère avec un petit à la place de l’As. »


Dominique M : « 3. Qui, chez moi, montre un fit ,

une grosse main et garantit un singleton (ou une chicane) .

Cette enchère ne promet rien quant aux .

Remarque :

je pense qu'il serait bon que 3 SA chez le répondant montre maintenant un contrôle . »



Bernard : « 2. Pourquoi ne pas avoir ouvert de 2SA ???

Je mets 2… dans ma presque chicane. »



DONNE N°2
Match par 4, donneur Nord, vulnérabilité: Nord/Sud

           

Sud
Ouest
Nord
Est



3
3 ?



COTATION :


4 (09) : 100

Contre (06) : 70

3SA (01) : 20




Trois options s’offrent à nous.

Si 3SA et 4 sont les deux enchères qui viennent immédiatement à l’esprit,

un Contre punitif n’est pas à négliger.

Celui-ci ne se justifie qu’en raison de la vulnérabilité (vert contre rouge)

et serait à proscrire dans toute autre situation.

(La tactique pourrait être différente en TPP.)


Qu’en est-il des chances respectives des deux contrats de manche à notre disposition ?

A 3SA, on ne devrait avoir aucun mal à gagner sur entame , mais une entame mineure nous mettrait en grande difficulté, si la main devait être donnée à l’adversaire, à .

En revanche, devoir concéder une levée d’atout au flanc ne compromet pas nécessairement la réussite de la manche majeure.


L’intervention vulnérable d’Est au palier de 3 le place avec quelques cartes,

et il ne serait pas surprenant de trouver dans son jeu, outre le Roi de , l’As de .

La probabilité de chuter 4 est donc très faible,

ce qui explique que la majorité du jury ait opté pour cette enchère,

dont on verra plus loin qu’elle est tactiquement plus juste que 3SA.

Voyons plutôt.


Eric M : « 4. Je ne veux pas les contrer à 3,car je n’ai pas la chute en main,

alors que je gagne très souvent 4.

Si l’adversaire se manifeste ensuite par 4 ou 5 dans une mineure,

ils joueront au tarif de nuit… »


Bernard : « 4. Délicat: Contre pour -2 ou 4 gagnant.

Tant pis je dis 4, les "autres" peuvent se tromper. »


Dominique M : « 4. De préférence à 3 SA.

(le partenaire n'a pas forcément As et Roi de ). »


Jean-Pierre : « 4. Sans doute ils ne gagneront pas 3, mais ça n’est pas écrit,

par contre nos chances de gagner 4 vulnérables sont importantes. »


Jean-Noël : « 4. Avec de bonnes chances de gagner.

Le Contre va permettre aux adversaires de surenchérir facilement en mineure. Attention à eux s'ils surenchérissent, cela devrait leur coûter cher.. »


Jérémie : « 4. Je me doute que si la question est posée c'est que sur la donne réelle le chelem gagnait (impasse deux fois, Roi de placé, pas de perdante à l'atout),

mais c'est beaucoup trop lointain, quelle que soit la vulnérabilité des deux camps. »


Dominique C, Pierrette et Fred : « 4. »

La pire des mains en Nord : x RDVxxxx xx xxx :

ce n’est certes pas le meilleur jeu pour gagner 4,

mais il n’est pas non plus idéal pour battre 3X.


Maintenant, l’aspect tactique intéressant de 4 : la séquence n’est pas encore terminée.

Même si c’est peu probable,

Ouest pourrait se trouver une enchère de 4 qui tienne la route,

du style xxx x D10xxx RVxx, enchère qu’il se garderait de faire sur 3SA,

plus inquiétant et réfrigérant que 4.

Il le regretterait quelques instants plus tard…



Certains ne tiennent pas à se priver d’une pénalité plus juteuse au palier supérieur. Mais c’est certainement, en fin de compte, la très forte probabilité de réussite du contrat de 4 qui a fait pencher aussi nettement la balance.


L’enchère de 3SA n’a recueilli qu’une seule voix.

L’argument fort, en faveur de ce choix, est que l’on sait le contrat quasiment imbattable dès que l’adversaire entame à , et absolument sur table dès que le partenaire possède une couleur maîtresse.


Yves J : « 3SA. Je pense que cette manche gagnera plus souvent que 4,

dans laquelle on risque d’avoir trop de perdantes. »


Répétons que seule la vulnérabilité favorable fait du Contre une option possible.

Pour autant, on a pu découvrir au travers des commentaires précédents que les experts envisagent que ce contrat gagne, tout comme 4,

et que cette catastrophe « imprésentable » est avant tout à éviter.

Malgré tout, le Contre a recueilli 6 voix.

Marc : « Contre. Je ne suis absolument pas sûr de gagner 3SA.

(Ce diable de Nord pouvant entamer dans une mineure).

Même en admettant que le Roi de ne fasse pas de levée

et qu’on ne fasse non plus pas de , je pense battre 3 en raccourcissant Sud.

Donc, 3 chutera 99 fois sur 100 et j’encaisserai souvent 500 ou 800.

Le problème deviendra compliqué si Nord dégage en mineure. »


Roger : « Contre. Contre et encore Contre. »


Michel : « Contre. Il me reste d’autres cartons rouges s’ils fuient ailleurs non ? »


Il me semble que si l’adversaire découvrait un contrat mineur au palier de 4,

il serait préférable de surenchérir à 4 que d’espérer défaire ce contrat.


Marylène : « Contre. »


Guillaume : « Contre. Miam, miam !»


Aymeric: « Contre. Je suis sûr de marquer dans ma colonne et au moins 200. »



DONNE N°3 Match par 4, Nord dOuest, vulnérabilité: Personne

     
           

Sud
Ouest
Nord
Est

1 1
1SA
?





COTATION :


Contre (11) : 100

2 (03) : 30

2 (01) : 10

Passe (01) : 10


Disposant d’une courte mémoire et d’un grand nombre de donnes en réserve,

il a fallu attendre plusieurs mois avant que je pense enfin à vous la soumettre.


En revanche, je n’ai pas mis longtemps à me rappeler qui me l’avait proposée.

C’est ainsi que je demandais à Jacky s’il acceptait d’en faire le commentaire.

Bien entendu, la réponse fût instantanément positive.


Ainsi, voici tout ce vous avez toujours voulu savoir sur….



LES DÉVELOPPEMENTS DANS LA SÉQUENCE :

N°1

N°2

N°3

N°4

1m 1M 1SA ?


                                                                                                                                                                                                                                             … par Jacky DESTOC.





Il s’agit d’une situation fréquente mais relativement méconnue car assez peu travaillée. Je vous propose donc, au travers de quelques exemples, de voir quelles sont les différentes possibilités d’enchères du N°4 que vous pourrez utiliser avec votre partenaire favori(te) dans les quatre situations suivantes :


N°1 N°2 N°3 N°4
1)
1 1 1SA ?
2)
1 1 1SA ?
3)
1 1 1SA ?
4)
1 1 1SA ?




  1. Le Contre montre un bicolore 5-5 des deux couleurs restantes :


Exemples (le 2ème correspond à la Donne N°3 du concours N°18 de Michaël) :

N°1

N°2

N°3

N°4

1 1 1SA X
AVEC:
AV954
2
R10852
84




N°1

N°2

N°3

N°4

1 1 1SA X
AVEC:
4
AV954
73
RV985


Remarque N°1 : la puissance d’un bicolore 5-5 permet de se battre pour la partielle avec assez peu de jeu (dès 5-6H) !

Remarque N°2 : si vous possédez environ 10H avec un fit de trois cartes dans la Majeure du répondant, il faudra également contrer avant de fitter...



  1. Le cue-bid de la mineure d’ouverture indique une longueur dans l’autre Majeure (5 cartes) et une tolérance pour la couleur du partenaire :


Exemples :

N°1

N°2

N°3

N°4

1 1 1SA 2

AVEC:
D3
AV1093
V742
87



N°1

N°2

N°3

N°4

1 1 1SA 2

AVEC:
RD1074
V2
95
A832


  1. L’annonce sans saut d’une nouvelle couleur est non forcing et indique six cartes :


Exemples :

N°1

N°2

N°3

N°4

1 1 1SA 2

AVEC:
RD10732
2
R84
842



N°1

N°2

N°3

N°4

1 1 1SA 2

AVEC:
73
D42
62
RDV975


  1. L’annonce avec saut d’une nouvelle couleur est une enchère de rencontre :


Exemples :

N°1

N°2

N°3

N°4

1 1 1SA 3

AVEC:
874
R1093
AD1074
3



N°1

N°2

N°3

N°4

1 1 1SA 3

AVEC:
V975
AR1082
4
635



  1. Le cue-bid à saut montre 11-12 HLD et quatre atouts :


Exemples :

N°1

N°2

N°3

N°4

1 1 1SA 3

AVEC:
A1054
RD108
102
985



N°1

N°2

N°3

N°4

1 1 1SA 3

AVEC:
D10
R732
A43
D1092





La grande majorité des experts semble connaître le cours de Jacky 



Marc : « Contre. Enchère qui indique conventionnellement un 5-5 inverse…

et que je n’ai jamais rencontrée à la table !

Heureusement, d’ailleurs, car Nord est probablement 5-2-4-2 !

Bon, espérons alors que 1SA chute ! »


Jean-Noël : « Contre. Conventionnellement : les 2 autres couleurs au moins 5/5.

(le cue-bid à 2 promettrait 5 et 2). »


Dominique C : « Contre. Conventionnellement 5/5 couleurs restantes. »


Roger : « Contre. Enchère conventionnelle montrant 5+5. »


Jérémie : « Contre.

Montre conventionnellement un bicolore 5/5 avec les deux autres couleurs.

(c'est devenu classique il me semble). »


Pierrette : « Contre. Les 2 autres 5/5. »


Bernard : « Contre. Classique avec les 2 autres. »


Michel : « Contre. D’appel pour les deux autres. »


Marylène : « Contre. »


Guillaume : « Contre. Appel aux deux autres couleurs. »


Aymeric : « Contre. Les et les . Cette convention tombe bien ici. »




Quelques experts, système oblige, choisissent une autre enchère.



Yves J : « 2. Texas pour moi.

Contre montre 2 cartes à et 5 à , 2 serait Texas et 2 soutien à 2. »


Dominique M : « 2.

Peut-être faut-il que dans cette situation 2 montre ce bicolore inverse ? »


Jean-Pierre : « 2. A avoir convenu dans le détail avec le partenaire.

Pour nous le cue-bid demande en priorité à l’intervenant de nommer les ,

à partir de 3 cartes. Si c’est le cas, parfait, sinon on tentera de trouver un accord à .

Une autre convention applicable dans le standard français est le Contre qui indique conventionnellement 5 cartes à alors en accord avec cette convention le cue-bid indique un bicolore inverse 5/5. »



Eric M : « 2.

Mon système ne prévoit pas de décrire le bicolore restant dans ce contexte.

Aussi, j’enchéris naturellement ma main. »


Vérifie quand même ce que vous jouez avec Jean-Pierre. 



Fred : « Passe. »





DONNE N°4
Match par 4, donneur Ouest, vulnérabilité: Tous

     
           
Sud
Ouest
Nord
Est

1 Passe
Passe
?




COTATION :


2 (08) : 100

2SA (02) : 100

3 (03) : 30

2SA (02) : 20

4SA (01) : 10

3SA (01) : 10

Contre (01) : 10




Rappelons quelques principes de réveil,

avant de tenter d’apporter une réponse à ce problème :


Le X de réveil ne garantit aucune distribution particulière,

comme pourrait l’exiger un X d’appel au premier tour.


Par inférence, un réveil naturel dénie l’ouverture.

(On peut pourtant admettre d’aller jusqu’à 13-14 points H.)


Sur une ouverture majeure,

le réveil par 2SA ne montre pas un bicolore mineur mais 17-19 H réguliers.




Pourtant, la majorité des experts a fait fi des deux premiers points pour réveiller par 2, non sans arguments.



Dominique M : « 2. Où sont les ?

La situation est inquiétante : le Roi de est soumis et je n'ai pas de lévée de défense. Peut-être faut-il passer !!

L'enchère de 3 SA étant un gambling, si on parle il n'y a, me semble-t-il,

que 2 enchères possibles : 4 SA et 2. Je dis 2. »


Marc : « 2. Il y a longtemps que j’ai abandonné le principe disant qu’un réveil à la couleur déniait l’ouverture.

La barre du Contre toutes distributions est ordinairement relevée à 14 H mais,

avec une distribution vraiment peu adaptée (courte dans une majeure non nommée),

je n’hésite pas à réveiller à la couleur jusqu’à 15 ou 16 H. »


Jérémie : « 2. J'ai peur que les adversaires ne retrouvent un excellent contrat à , parfois le grand chelem !

Mais on peut nous-même parfois réaliser le grand chelem en mineure...

Reste à savoir comment exprimer mon jeu.

2SA étant naturel et 2 étant un bicolore + mineure, il reste Contre, 4SA et 2.

Contre risque de mal tourner (soit parce qu'on se retrouve barré,

soit parce que le partenaire présente ses à un palier élevé,

soit parce qu'on n'arrivera plus à donner une bonne image de notre distribution).

4SA est un peu brutal, et on risque d'atterrir à un contrat fragile,

si le partenaire est à égalité de longueur dans les 2 mineures (2/2 ou 3/3).

On a beaucoup de jeu pour réveiller à 2, mais d'une part ça permet de nommer dès maintenant une couleur, puis plus tard le 6/5 en débarquant à 5 s'il le faut,

et d'autre part, les réveils à la couleur peuvent aller jusqu'à 15H de nos jours

(surtout après l'ouverture d'1). »


Michel : « 2. Rien ne me paraît convaincant pour exprimer cette main en une enchère, espérons donc qu’il y en aura d’autres. »


Guillaume : « 2. J’ai peur qu’ils retrouvent leurs mais je suis prêt à aller très haut ! »


Aymeric : « 2. Réveiller par Contre ne me plait pas trop,

puisque je risque d’entendre les et je ne pourrais jamais décrire mon bicolore mineur.

De plus les enchères n’en resteront jamais à 2 . »


Dominique C et Fred: « 2. »




Effectivement, on pourrait craindre que l’adversaire retrouve un fit 9ème ou 10ème à ,

lui permettant de retrouver une manche.

Mais la main de Sud est elle-même trop puissante,

pour ne pas envisager un contrat d’attaque.




Une experte estime que le jeu de Sud mérite mieux qu’un simple réveil.


Pierrette : « Contre. Toutes les enchères à SA étant naturelles et 4SA exagéré,

on doit commencer par Contre toutes distributions à partir de 14.


Deux experts dérogent au standard français.

Sur cette donne, leur système est parfait.


Eric M : « 2SA. Je ne vais pas récolter beaucoup de points dans ce concours,

mais mon système fait que ce réveil décrit un bicolore mineur et non 17-19 réguliers. Pour le coup ça m’arrange beaucoup sur cette donne !! »


Jean-Pierre : « 2SA. Merci pour cette donne !!

Avec mon partenaire nous jouons les bicolores Ghestem même en réveil.

J’ai horreur de cette convention 17/19 en réveil par 2SA.

Ici je ne crains pas d’aboutir à un contrat absurde. »


A noter qu’ici, mais ça ne sera pas toujours le cas, le R ne sera pas protégé.


On peut aussi élever le palier de l’enchère pour barrer les .


Roger : « 4SA.

Les mineures pour éviter que l’adversaire trouve son fit au moins 10ème à . »


Dans la catégorie des réveils naturels, on peut envisager un autre palier.

Cette enchère montrant nécessairement une main positive, sinon on pourrait dire 2.


Yves J: « 3. En espérant ne pas réveiller des adverses.

Je regrette que 2SA ne soit pas bicolore mineur ! »


Marylène : « 3. Je nommerai les ensuite si possible. »


Jean-Noël : « 3. Enchère à saut qui n'est pas un barrage,

avec une belle couleur au moins 6ème, et 16/17 HDL.

On ne peut exprimer un bicolore mineur si déséquilibré,

et c'est cette main qui doit jouer le contrat pour protéger le Roi de . »




Pour finir, un gambling.

J’aime bien l’enchère, mais je trouve que la main manque d’As…

(Et accessoirement de , mais ça c’est une autre histoire…)


Bernard : « 3SA. Sans garantie, mais quoi d'autre ? »







DONNE N°5
Match par 4, donneur Sud, vulnérabilité: Tous

           


Sud
Ouest
Nord
Est

3 X
4
?



COTATION :


5 (08) : 100

Contre (06) : 80

6 (01) : 20

6 (01) : 20


La main, élégante, prend une puissance toute particulière face au X d’appel de Nord.

Bien qu’aucun membre du jury ne l’ait envisagé,

une ouverture en Sud n’aurait pas été ridicule

et aurait soutenu la comparaison avec bien des 4333 de 12 H.


L’idée est maintenant de trouver la meilleure enchère qui permette à la fois d’exprimer ce « monument », tout en conservant ses chances d’atterrir au bon palier (de 4 à 7).


C’est d’ailleurs, me semble-t-il, le défaut majeur du cue-bid à 5 qui impose (quasiment ?) le chelem (on le verra dans les commentaires),

sans pour autant garantir quoi que ce soit dans la couleur.


C’est pourtant le choix d’une courte majorité.



Yves J : « 5. En ne sachant pas du tout où cela va me mener mais que faire d’autre ?

4 est nettement sous biddé, 5 aussi.

6 et 6 des paris mais pas si bêtes après tout, enfin je reste quand même sur 5. »


Eric M : « 5. J’ai une main trop belle pour me contenter de la manche.

J’ajouterai le 6ème sur 5, et dirai 5 sur 5.

Sur 5 (qui exprime par élimination dans le cas présent une main forte unicolore ),

je dirai 7 (mon partenaire ne peut avoir moins que RV10xxx RDV ARx x). »


Bernard : « 5. Et attendons la suite. On est parti pour 6 ou plus…. »


Jean-Noël : « 5. En route pour le chelem, sans garantie.... »


Dominique C : « 5. Un chelem n’est pas exclu. »


Jérémie : « 5. Le plus dur sera la suite,

mais pour le moment je ne vois pas ce qu'on peut dire d'autre... »


Guillaume : « 5. Espoir de chelem. »


Marylène : « 5. »




Sur 5, le partenaire est prié de nommer ses couleurs 4èmes dans l’ordre.

Mais, qu’arrivera-t-il si Nord possède 5 cartes à et 4 à (squelette 3541) ?

Voire une main régulière (RVx RDxx ARx xxx) ?

Les seront-ils complètement occultés ?



C’est pourquoi un expert enchérit le contrat qu’il veut jouer.

Il est vrai que l’enchère est tentante.


Jean-Pierre : « 6.

Un Contre d’appel au niveau de 3 garantit un accord dans les 3 autres couleurs.

Le partenaire n’est pas bicolore majeur intégral, nous avons une convention pour ça.

Je fais le pari d’un accord suffisant dans les et à « dieu vat !!! »

pour le contrat que je souhaite jouer. »




Le X, plus souple, moins définitif, suivi d’une enchère naturelle (sur 4),

ou d’un cue-bid à (sur 4 ou 4), donnera plus de flexibilité à Sud.

Le risque serait que le partenaire passe sur cette enchère, 100% d’appel. Négligeable !


Une partie du jury a donc estimé nécessaire de pouvoir s’arrêter avant le chelem ou, tout du moins, de déclarer ce dernier avec un maximum de précaution et de sérénité.


C’est pourquoi ces champions ont opté pour l’enchère de X,

en l’occurrence un Recontre (réponse au X d’appel du partenaire).


Bien sûr, il est préférable d’éviter de détenir une courte dans la couleur adverse

(a fortiori une chicane), ceci afin de permettre au partenaire,

qui possèderait une main lourde et régulière de transformer punitivement ce X.

D’ailleurs, dans ce cas-là, on disposera volontiers d’un cue-bid,

ou d’une enchère naturelle.


Ici, c’est l’espace pris par l’adversaire,

conjugué à la certitude que le partenaire ne passera pas

(il a forcément une majeure 4ème à nommer),

qui permet d’envisager très sérieusement cette enchère,

qui fait débuter la séquence Nord/Sud à un palier leur laissant une marge importante, pour déterminer ce que sera le contrat final.

Dominique M : « Contre. Va très bien : sur 4 je dirais 4 qui montre bien, à mon avis, 4 cartes à seulement et au moins 5 cartes à . »


Marc : « Contre. Dans un premier temps, essayons de trouver le meilleur atout.

Si Nord dit 4, je me fendrai d’un petit 5.

Sur 4, ce sera plus délicat mais, comme j’ai passé d’entrée,

Nord devrait comprendre que mon 4 vient d’un 4 et demi…

(en espérant qu’il ne pense pas que j’annonce un contrôle avec fit à ).


Roger : « Contre. D’appel, à suivre. »


Pierrette : « Contre. Dur!!

Je n'ai pas envie de jouer une manche majeure en 4 et 3 avec peut être 6 sur table...), donc Contre. »


Aymeric : « Contre. Je suis trop fort pour dire 4.

Donc je vais contrer et ensuite les dire. »


Fred : «Contre. »





Pour finir, la bonne nouvelle !! J’ai réussi (enfin !!) à « coller » Michel. 


Michel : « 6. Difficile !!!!!!!! »



Au risque de m’attirer les foudres du « maître » (je vous rassure, il a payé cher),

je pense que cette enchère devrait provenir d’une main 4450…







DONNE N°6 Match par 4, donneur Sud, vulnérabilité: Tous

     
           

Sud
Ouest
Nord
Est
1 Passe 2 Passe
?







COTATION :

2SA (07) : 100

4 (03) : 40

3 (03) : 40

2 (02) : 20

3 (01) : 10





Avant de poursuivre, nous devons nous poser les deux questions suivantes.

- La main justifie-t-elle de reparler ?

- Une conclusion directe à la manche est-elle envisageable ?


Le premier point ne souffre aucune contestation.

Le bicolore concentré et le singleton sont autant d’éléments pour poursuivre.

Aucun expert ne songe d’ailleurs un instant à passer.

Pour autant, une conclusion brutale à la manche n’apparaît pas évidente.


Quel est alors le meilleur moyen de déterminer le contrat final ?

Profitons du problème pour réviser les développements classiques de l’enchère d’essai.


Deux voies nous sont proposées : la nomination d’une nouvelle couleur ou 2SA.


Après 1-2, 2, 3 et 3 sont des enchères naturelles,

éventuellement produites dans 3 cartes,

réclamant au partenaire de juger avant tout son apport dans cette couleur,

que ce soit par les honneurs ou des valeurs de coupe (doubleton au moins).

3 ou 4 petites cartes seront donc un élément négatif pour la déclaration de la manche.


De même, ces enchères excluent, même si ce n’est pas le cas pour tout le monde,

toute velléité de chelem qui se traduit, elle, par 2SA.



Cette dernière, communément appelée « enchère d’essai généralisée »,

sera également utilisée soit pour diriger son camp vers le contrat de 3SA,

soit pour réclamer au partenaire une description économique de ses forces

(3SA montrant alors 8-10 H dispersés et réguliers).


Notons également qu’une concentration d’honneurs à , qui ravirait Sud,

ne sera exprimée (3) que dans le cadre d’un jeu non minimum,

la manche étant malgré tout probable dans ce cas-là.



Il n’est donc pas surprenant qu’une majorité d’experts ait opté pour 2SA.

On pourra cependant regretter, pour certains, l’absence de suite si le partenaire dit 3.


Marc : « 2SA. J’ai abandonné les enchères d’essai à la couleur pour la manche

(je les réserve aux bicolores de chelem).

Dans un cadre classique, on peut déclarer 2 (bof) mais, ce qui est sûr,

c’est que 3 ne sert à rien (la couleur s’adapte à n’importe quelle teneur en face,

et la mettre en avant n’a donc aucun sens).

Une bonne main pour les adeptes de l’annonce de la courte

(du moins à l’enchère, car à la carte, bonjour les dégâts ! Les flancs se régalent !) »


Jérémie : « 2SA. Il manque un poil pour imposer la manche.

On ne peut faire d'enchère d'essai à la couleur, ni à (ça garantit 4 cartes),

ni à où on n'a guère besoin de complément. Alors 2SA généralisé.

Si j'entends 3, je dirai 3

(montrant ainsi que les points perdus à ne m'intéressent pas). »


Eric M : « 2SA. Main trop belle pour passer.

J’utilise une enchère d’essai généralisée

(avant je la jouais avec bonheur à 2, 2SA servant d’enchère d’essai à ).

3 ne convient pas dans mon système car la couleur n’a pas besoin d’un complément. »


Dominique M : « 2SA. Essai de manche à priori.

Je déteste 2 qui donne l'entame à l'adversaire !! »


Dominique C : « 2SA. Sur 3, je dis 3 et sur 3, je passe. »


Guillaume : « 2SA. Classique. Ou 4 si je suis chaud ! »


Jean-Noël : « 2SA. »


L’avantage de l’enchère de 2SA,

c’est donc de proposer la manche au partenaire sans trop en dire sur son propre jeu.


Une autre façon de faire, à condition de décider de jouer la manche, c’est de déclarer 4.

Traduction : « A vous l’entame ! Et débrouillez-vous... ».



Jean-Pierre : « 4. Inutile de raconter notre vie, de toutes façons,

on ne pourra jamais savoir si le partenaire a les bonnes cartes.

Même s’il y a 3 perdants le contrat n’est pas encore chuté.

As de et D de peuvent suffire.. »


Roger : « 4. Dans mon système car 2 montre une main positive,

et pas envie de pousser l’adversaire à entamer . »


Bernard : « 4. Quoi d'autre ? »


Cinq experts choisissent une enchère d’essai naturelle.


Pierrette : « 2. Mon seul vrai problème. »


Fred : « 2. »


Le complément à n’étant pas forcément nécessaire (xxx Dxxx Dxx Axx),

j’aime autant l’enchère de 2SA.

Avec la main ci-dessus, on pourrait avoir la séquence : 1 – 2 / 2SA – 3 / 3 – 4.

(3 : force ; 3 : dernière tentative, intérêt pour les ; 4 : accepté !)


Michel : « 3. Pas assez de points pour 2SA.

La Dame de serait une excellente carte à revaloriser chez mon partenaire. »


Aymeric : « 3. Enchère d’essai décrivant une force à .

Si mon partenaire est maximum, il impose la manche. »


Marylène : « 3. »


Si 3 est satisfaisant esthétiquement, il sera difficile au partenaire de juger ses cartes.

Notamment s’il possède 3 ou 4 petites cartes dans la couleur, cela risque de le refroidir.




Enfin, une dernière proposition, système oblige.


Yves J : « 3. Dans mon système, courte dans la couleur. »